Fromageries Belisle et Lambert de Marieville

Eugène Belisle et sa famille

L’homme que l’on connaît sous le nom d’Eugène Belisle est né le 15 juillet 1885 et a été baptisé le lendemain à Saint-Mathias sous les prénoms et nom de Eugêne, Hylaire, Necter Levasseur. Ses parents sont Ludger Levasseur dit Belisle et Marie-Louise Birs, habitants de Saint-Hilaire où ils se sont mariés, le 1er février 1875.

À Saint-Charles-sur-Richelieu, le 1er février 1922, Eugène Belisle épouse Marie-Lilia alias Lydia Chicoine, fille d’Azarie Chicoine, marchand, et Marie-Louise-Onésime Proulx. L’acte de mariage le dit « industriel » domicilié à Saint-Mathias alors que son père, bourgeois et veuf, habite à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville.

Le couple voit naître cinq enfants, soit deux garçons (Paul-Eugène 1923 et Jean-Charles 1925) et trois filles (Claire 1924, Annette 1926 et Monique 1928). Quatre d’entre eux ont atteint l’âge adulte, Annette étant décédée en bas âge.

L’achat d’une fromagerie

Fromagerie de Marieville

Fromagerie de Marieville

Le 16 novembre 1923, il participe à une vente à l’enchère public, tenue à 10 heures 30 à la porte de l’église catholique de Marieville.  La propriété ainsi vendu était préalablement détenu par Raymond Dussault et Georges Daigneault, fromagers de Marieville et laitiers de Montréal, dont l’entreprise « Dussault et Daigneault » est en faillite.  Eugène Belisle,  cultivateur de Saint-Mathias, étant le plus offrant et dernier enchérisseur, se voit adjuger l’immeuble au prix de 4 650$ qu’il paie comptant, tel que requis dans une telle situation.

La propriété consiste en un terrain situé du côté est de la rue Saint-Charles à Marieville mesurant environ 14 016 pieds en superficie, désigné sous le #135-36 des plan et livre de renvoi officiels du Village de Marieville. La transaction comprend aussi une fromagerie et autres constructions ainsi que les machines immobilisées. L’acte de vente est conclu devant le notaire Henri Sainte-Marie, le 19 mai 1924.

 

Les Fromages Lambert Limitée

Le 1er avril 1939, Eugène Belisle, fromager, se rend à Montréal chez le notaire Joseph Hector Nault pour conclure une transaction avec Joseph-Adrien Lambert, médecin d’Outremont.

Monsieur Lambert est l’administrateur dûment autorisé par résolution à agir au nom de  « Les Fromages Lambert Limitée », une corporation légalement constituée par lettres patentes fédérales émises en décembre 1938, dont le siège social est situé à Montréal.

La vente comprend le terrain de même que la fromagerie, beurrerie et autres constructions, la clientèle et l’achalandage, les machines et ustensiles à l’exception de certains équipements qui sont clairement identifiés à l’accord. Sont aussi exclus de la transaction tout ce qui se trouve au logement occupé par le vendeur dans l’immeuble concerné.  Le prix de vente est établi à 9 500$;  4 500$ sont payés comptant (2 000$ en argent et 2 500$ en un certificat de 25 actions préférentielles de 100$ chacune) et le solde de 5 000$ est payable le 1er avril 1944, portant intérêt au taux de 5% l’an, garanti par une hypothèque et protégé par une assurance incendie.

De plus, l’acte de vente mentionne que l’acquéreur s’engage à embaucher Eugène Belisle pour une période de douze mois moyennant un salaire de 100$ par semaine. Pendant cette période, Eugène Belisle continuera à habiter son logement dans l’immeuble vendu, sans autres frais que le paiement de l’eau et de l’éclairage.

Les Lambert exploitent la fromagerie/beurrerie pendant trois ans. Puis, le 20 avril 1942, chez le notaire Pierre Marcoux, Maurice Lambert, avocat d’Outremont, signe un acte de rétrocession par lequel il remet l’entreprise à Eugène Belisle, toujours fabriquant de fromage à Marieville. Les comptes sont réglés et l’hypothèque est radiée.

Joseph-Adrien et Maurice Lambert étaient les fils d’Alfred Lambert et Marie Michaud, mariés à la paroisse Sacré-Coeur-de-Jésus de Montréal, le 5 août 1884. Leur père était manufacturier de chaussures.

Joseph-Adrien-Wilfrid naît à Montréal, le 24 septembre 1898, et est baptisé dans la paroisse Saint-Louis-de-France. Le 26 juin 1928, à Saint-Viateur d’Outremont, il épouse Annette Tardif. Médecin de profession, il décède à Montréal, le 28 septembre 1992, à l’âge de 94 ans.

Joseph-Arthur-Maurice naît à Montréal, le 13 janvier 1903, et est baptisé dans la paroisse Saint-Nom-de-Jésus (quartier Maisonneuve). Le 19 octobre 1931, à Saint-Léonard-de-Port-Maurice, il épouse Mathilde-Hélène Landreville. Avocat de profession, il décède à Montréal, le 2 octobre 1972, à l’âge de 69 ans.

La vente de la fromagerie

Eugène Belisle poursuit l’exploitation de la fromagerie quelques mois seulement. Le 9 novembre 1942, il se présente à nouveau chez le notaire Pierre Marcoux en compagnie d’un nouvel acquéreur, Émile Leclair, fabriquant de fromage de Saint-Césaire.  Le prix de vente est fixé à 7 000$ (4 500$ payés comptant, le reste des versements échelonnées jusqu’à paiement final, portant intérêt au taux de 5%). Il se réserve toutefois le logement que sa famille continuera d’habiter pour une période de deux mois.

Cette fromagerie a été ravagée par un incendie vers 1947.

Incendie de la fromagerie de Marieville

Incendie de la fromagerie de Marieville

 

Eugène Belisle 1885-1968

Eugène Belisle 1885-1968

Décès

Eugène Belisle et sa famille ont vécu plusieurs années à Abercorn.

Son corps a été inhumé dans le cimetière de cette localité en 1968 et celui de son épouse en 1972.

 

 

 

Conclusion

L’emplacement situé de nos jours au 675 de la rue Saint-Charles à Marieville a ainsi vu se succéder plusieurs fromageries/beurreries au cours du 20e siècle passant de « Dussault et Daigneault » à « Fromagerie Belisle » puis à « Fromagerie Lambert Limitée » et « Fromagerie Leclair » pour devenir « Crèmerie Marieville Limitée » suivie de « Crescent Cheese ».

Ces entreprises peuvent être considérées comme étant à l’origine de l’actuelle Parmalat Canada Marieville, maintenant située au 2350 de la rue Saint-Césaire.

Fromages d’ici … histoire d’ici !

Sources : Société d’histoire de la Seigneurie de Monnoir; Ville de Marieville-Rôle d’évaluation foncière; Bureau de la publicité des droits-Registre foncier en ligne; Généalogie Québec-Registres du Fonds Drouin, Bureau de la statistique du Québec (mariages et décès) et Nécrologue du Groupe Nécro (cimetières); Ancestry.ca.; Site internet www.laiteriesduquebec.com/laiteries/lambert – J.-G. Comtois; Suzanne Bélisle; Claude Robinette. 








SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE LA SEIGNEURIE DE MONNOIR

1800, rue du Pont

Marieville, Qc. J3M 1J8

Téléphone : 450-460-6767


Nos heures d´ouverture

Lundi: Fermé

Mardi: Fermé

Mercredi: Fermé

Jeudi: 13 h 30 à 16 h 30

Vendredi: Fermé

Samedi: Fermé

Dimanche: Fermé